La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Un siècle de guitare » Les amplis du siècle » Les Amplis Fender

Les Amplis Fender

D janvier 2000     H 23:40     A Judge Fredd    


agrandir

Au début des années 40 Léo Fender, qui connaît par son travail de réparateur radio (et un peu plus) le besoin de puissance des guitaristes qui jouent en orchestre (new orleans, western swing etc.), travaille à la fois sur un prototype de guitare solidbody et sur un projet d’ampli guitare de série.

C’est chose faite en 1945/46 avec l’arrivée du K&F Amp (deux entrées, pas de réglages du tout, du pur ampli de puissance). Ce n’est qu’en 47, Kaufman parti, que les amplis Fender porteront ce nom et recevront le désormais célèbre logo. La marque va connaître dix années exceptionnelles de 55 à 65 pendant lesquelles elle va créer ses modèles phares. Parmi eux le Bassman (adulé en version 59) et le Twin Reverb Black Face de 64. Si les instruments et les amplis Fender ont eu autant de succès c’est que Leo Fender est un des premiers techniciens capables d’écouter les musiciens et de traduire leur aspirations en termes techniques.

JPEG - 144.1 ko

Le Bassman est certainement l’ampli qui a le plus marqué les esprits puisque non content d’avoir séduit nombre de guitaristes il sera l’inspirateur des premiers Marshall, et sa circuiterie à la base du premier Boogie. Sorti en 51, il accompagnait, comme souvent chez Fender, une basse, la Precision. Equipé à ses début d’un 15" Jensen, il est doté dès 55 des quatre 10" Jensen Special Design qui feront plus tard sa réputation chez les six-cordistes. Fender ne cherche pas à séduire les gratteux mais opte pour des 10" afin de limiter les problèmes de vibrations et de tenue du son dus au 15". L’ampli est en outre équipé d’un circuit de présence très performant qui lui donne une réponse particulière dans les fréquences aiguës. La touche finale viendra en 56 avec l’adjonction d’un réglage de mids. Tout est en place pour que des stars comme Eddie Cochran, Freddie King ou Buddy Guy adoptent le Bassman, 40W, deux canaux, comme ampli de scène.

Le Twin Reverb Black Face, 80W, autre best seller de la marque, est déjà un peu plus sophistiqué puis que chaque canal a sa propre égalisation et que l’un deux intègre une reverb et un vibrato. Lui aussi, avec le Vox AC30, va imposer un standard : le combo 2x12, que beaucoup de marques adopteront. A l’origine, il est équipé de Jensen, puis on passera à des JBL, beaucoup de guitaristes allant même jusqu’à les remplacer par les Celestion Bulldog qu’on trouvait dans les Vox pour obtenir plus de crunch.

Le Twin est l’ampli de ceux qui aiment les sons clairs puissants et chauds. Tout le monde a joué dessus un jour où l’autre, mais ses plus fidèles utilisateurs actuels sont les tenants du Texas Blues qui aiment à l’employer avec une Tube Screamer pour la disto.

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
Lampes
Type d’article
Autres
Marques
Fender
Numéro
G&C 214

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Outsider à considérer

2.  Crunchy boy

3.  Ca glisse au pays des merveilles

4.  L’arrivée remarquée

5.  Anthagram, pic et pic et colegram


Dans la même rubrique

31/12/1999 – Les amplis à modélisation

31/12/1999 – Les systèmes modulaires et le retour aux classiques

31/12/1999 – Soldano SLO 100

31/12/1999 – Le Boogie MkI

31/12/1999 – Le Vox AC30